logo

Francis Moreau

Présentation de travaux de recherches historiques et généalogiques

L'ensemble des textes publiés sur ce site sont, hors citations et images, disponibles sous licence :
Creative Commons BY-ND 3.0




La seigneurie du Plessis-Encelin à Thouarsais-Bouildroux (Vendée)

 

Le Plessis-Encelon ou Plessis-Ancelin était une seigneurie mouvante de la Baronnie du Petit-Château à Vouvant. Au XVIIIe siècle la Baronnie de Vouvant constituait le noyau du Bailliage de Vouvant, créé par Louis XIV en 1698. Elle fût réunie avec d'autres fiefs en 1776 pour former le Marquisat d'Asnières-La-Chasteigneraye. Le lieu-dit Fondannière en rappelle le souvenir.

Depuis le XIIe siècle, Le Plessis (Plexeir Auxelin) appartenait à la famille Chabot-Vouvant. En 1244, Thibaud IV Chabot le donnait en douaire à son épouse Aenor de Brosse (Cartulaire des sires de Rays CLVII). A la fin du XVIe siècle, Le Plessis est, au moins en partie, la propriété de Jean des Francs, sieur du Repéroux à Germond dans les Deux-Sèvres. Mais celui-ci demeure au logis de Pouillé à Vasles, avec son épouse Madeleine de Rion. Les de Rion sont originaires de Saivres (Deux-Sèvres), où ils y ont leur demeure: le château de Saugé, qu'ils feront reconstruire en 1607. Jeanne Texier, également propriétaire en partie du Plessis-Ancelon, est elle aussi originaire de Saivres où elle habite le logis du Grand Magnou que François Texier fera reconstruire en 1636.

Jean des Francs et son épouse auront un fils auquel ils donneront le prénom d'Abraham. Ce dernier épousera en 1615 Crispe Chabot, la fille de Philippe Chabot de Puyraveau.

Quant aux Girard de la Verronnière, il s'agit d'une branche des Girard de Bazoges peut-être apparentée avec Jean Girard, le constructeur du château de la Guignardière (1555) et Panetier du roi Henri II. Au XVe siècle, Regnault Girard, le constructeur de la tour de Moricq, fût envoyé par Charles VII comme ambassadeur en Ecosse pour y chercher la future Dauphine Marguerite afin de la fiancer à Louis XI (1434). Dans les registres paroissiaux de Saint-Cyr-des-Gâts, le 19 mai 1628 est noté le décès de Damoiselle Marguerite Girard, ainsi que la présence de Jacques Girard, écuyer.

Dans l'Acte qui suit, Jean des Francs cède la dixième partie de la juridiction du Plessis-Ancelon et de la métairie de la Grollière à Louis Girard, seigneur de la Verronnière à Saint-Cyr-des-Gâts.

Francis Moreau

Sommaire général - Retour en haut de page

Texte sur parchemin (archives privées)

Sachent tous que endroict en la court du scel estably aux contractz A Nyort Pour le Roy nostre sire, a este personnellement estably et duehement soubzinier Jehan Desfrancs escuyer sieur de Reperou en la paroisse de Germon, tant en son nom que pour et au nom ayant charge et se faisant fort pour Damoyselle Magdeleine de Ryon sa femme et promettant lui faire a..... aux présentes et luy faire rattiffier dedans huict jours prochainement venans, demeurant a presens au lieu et maison noble de Pouillé en la parroisse de Vasles au ressort de Poitiers. Lequel Desfrancs pour luy et pour sadicte femme et en chascun desditz noms sont et pour le tout sans aulcun ordre de division et discution a de son bon gré et volonté vendu ceddé délaissé et transporté et par an présente vend cedde transporte et promect garantie desfandre et disent seux en et hors jugement, de tous troubles et empeschement quilz congneus A honorable homme Loys Girard seigneur de la Verronnière y demeurant en la parroisse de Saint Cyr des Gatz, ses héritiers et ce que cause en auront a perpétuité. Premièrement, la dixième partie par indivis de la maison noble terre et seigneurye du Plessis Ancelon et de toute et chascune ses apparthenances appendances et deppendances des maisons titres prez boys cave rantes hommes hommages droitz et debvoir de fief et aultre quilz a cogneu sans aulcune chose excepte ni réserve pour ladicte dixiesme partye. Assize ladicte maison et seigneurye et sesdictz appartenans en la parroisse de Touarsay. Tenir ladicte portion soubz lhommage que faict a cause de ladicte seigneurye Dame Jehanne Texier au sieur du Petit Chasteau. A la charge de contribuer audict hommage et debvoir d'icelluy et des aultres debvoirs soutenir sont d'heuz pour ladicte dixiesme partye partant par indivis auctq ladicte Texier ledict Loys Girard et aultres. Plus la dixiesme partye par indivis de la maison et mestayrie de la Grollyere et de ses appartenances et deppendances quilz congneuz et a l'authentique se que mieulx et audictz bénéfices introduitz en faveur des femmes que luy avoir donné a entendre estre telz quilz ne peuvent s'obliger l'un pour l'autre ni pour aultrement mesme la femme pour son mary et l'ayant faict n'en seroyent tenuz et y pourroyes contenir sans par exprès y renvoie comme a faict ledict sieur de Reperou, donc de son consentement et a sa requeste il a esté jugé et condamné par nous Pierre Mouyon et Jehan Brisset layné, notayres et tabellions juges de ladicte court dudict Scel.

Fait audict Nyort au logis et houstellerye ou pend pour enseigne la teste noyre, après midy, le cinquiesme jour de mars l'an mil cinq cent quatre vingt dix neuf. Aussi signé en la minutte, J.Desfrancs, Mouyon et Brisset.